Apologie de la bottine


Et voilà une grande partie de la famille. Du moins toutes celles dont j'use et j'abuse en ce moment, et qui ont eu le droit de venir dès la première vague de déménagement à Paris. Elles ne sont pas toutes récentes, les plus vieilles ont quatre ou cinq ans, mais toujours fidèles au poste. C'est probablement une des choses que je préfère dans le dressing de l'hiver. A talons parfois, mais majoritairement pas très hautes, après avoir écumé les pavés normands, ce sont les longs couloirs du métro parisien maintenant. Et au pas de course ! 

En haut : Jonak // Kookai
En bas : Minelli // H&M // Minelli // Topshop




Aucun commentaire